Les versions

 

Nom

Version

Date de sortie

État

Yarrow

Fedora Core 1

6 novembre 2003

Assistance technique terminée

Tettnang

Fedora Core 2

18 mai 2004

Assistance technique terminée

Heidelberg

Fedora Core 3

8 novembre 2004

Assistance technique terminée

Stentz

Fedora Core 4

13 juin 2005

Assistance technique terminée

Bordeaux

Fedora Core 5

20 mars 2006

Assistance technique terminée

Zod

Fedora Core 6

24 octobre 2006

Assistance technique terminée

Moonshine

Fedora 7

31 mai 2007

Assistance technique terminée

Werewolf

Fedora 8

8 novembre 2007

Assistance technique terminée

Sulphur

Fedora 9

13 mai 2008

Assistance technique terminée

Cambridge

Fedora 10

25 novembre 2008

Assistance technique terminée

Leonidas

Fedora 11

9 juin 2009

Assistance technique terminée

Constantine

Fedora 12

17 novembre 2009

Assistance technique terminée

Goddard

Fedora 13

25 mai 2010

Assistance technique terminée

Laughlin

Fedora 14

2 novembre 2010

Assistance technique terminée

Lovelock

Fedora 15

24 mai 2011

Assistance technique terminée

Verne

Fedora 16

8 novembre 2011

Assistance technique officielle disponible

Beefy Miracle

Fedora 17

29 mai 2012

Version actuelle

Spherical Cow

Fedora 18

novembre 2012

Version en cours de développement

Rawhide

   

Version en perpétuel développement

 

Fedora Core 1 - Yarrow

 

Fedora Core 1 (novembre 2003) : son bureau GNOMEavec le thème Bluecurve

 

Parue le 6 novembre 2003, « Yarrow » était la première version de Fedora Core. Elle était basée sur un noyau 2.4.19 et était la dernière distribution de Red Hat à paraître avec un noyau 2.4. Trois CD devaient être téléchargés (six avec les fichiers sources SRPM) pour son installation. Elle incluait également les dernières versions de GNOME (2.4.0) et de KDE (3.1.4) disponibles à l'époque. Bien qu'il ait été clairement mentionné que Fedora ne pouvait pas lire les fichiers MP3 d'emblée, de nombreux utilisateurs ne furent pas déçus.

 

Fedora Core 1 fut également la première version de Fedora Core à proposer un démarrage en mode graphique grâce à RHGB (Red Hat Graphical Boot) et un noyau optimisé pour le déploiement de la distribution à grande échelle (nptl - Native Posix Thread Library).

 

Fedora Core 2 - Tettnang

 

Fedora Core 2 (mai 2004) : son bureau GNOME avec le thème Bluecurve

 

Parue le 18 mai 2004, « Tettnang » était dévoilée.: il s'agissait de la première distribution Linux à inclure un noyau de la branche 2.6. Fedora Core 2 fut sujette à de nombreux problèmes: tout d'abord, il était difficile d'installer les pilotes propriétaires, comme ceux de Nvidia car l'option 4KSTACK14 était activée, et des pilotes semblables ne fonctionnaient qu'avec l'option 8KSTACK ; Fedora Core 2 incluait également pour la première fois SELinux, qui engendrait des problèmes de configuration supplémentaires.

 

Pourtant, Tettnang confirma la volonté du Fedora Project d'aller de l'avant et de profiter des dernières innovations disponibles: elle fut donc la première distribution à inclure X.Org, en remplacement de XFree86, ainsi que SELinux, bien que désactivé. Elle poursuivit également son éloignement de Red Hat en renommant tous les utilitaires de configuration « redhat-config-xxx » par « system-config-xxx ».

 

Fedora Core 3 - Heidelberg

 

Fedora Core 3 (novembre 2004) : son bureau GNOME

 

Parue le 8 novembre 2004, « Heidelberg » confirma la popularité de la distribution auprès des utilisateurs. Elle opérait avec le noyau 2.6.9 et GNOME 2.8, et adoptait également Firefox, concrétisant la transition de nom depuis Mozilla.

 

Fedora Core 3 comprenait dans son installation de base le dépôt « Extras », exclusivement maintenu par la communauté et proposant des paquetages supplémentaires.

 

Cette version marqua le premier recul de l'environnement visuel Bluecurve, qui devait être une synthèse entre les deux bureaux principaux : GNOME et KDE. Fedora Core 3 a servi de base à RHEL 4.

 

Fedora Core 4 - Stentz

 

Fedora Core 4 (juin 2005) : son bureau GNOME

 

Sortie le 13 juin 2005, « Stentz » était la première distribution à être compilée avec la nouvelle version de gcc, ce qui améliorait sensiblement ses performances. L'inconvénient de cette mise à jour fut la nécessité de reconstruire tous les paquetages.

 

La confiance dans le dépôt « Extras » fut clairement affichée car on lui confia de nombreux paquetages faisant double emploi avec ceux de l'installation de la distribution.

 

Éclipse était également présent, et était disponible depuis le programme d'installation, Anaconda. À ce propos, Éclipse était entièrement fonctionnel sous la première version de GCJ, compilateur Java du projet GNU, qui faisait son entrée avec cette version de Fedora. De même, l'environnement de virtualisation Xen était disponible depuis cette édition.

 

Sur le plan visuel, Bluecurve fut abandonné. Le thème de GNOME 2.10 proposé fut le célèbre Clearlooks, par ailleurs l'aspect graphique général n'a pas été modifié, pour la première fois pendant un cycle.

 

Fedora Core 4 est connue pour avoir été l'une des distributions les plus utilisées en entreprise.[réf. nécessaire]

 

Fedora Core 5 - Bordeaux

 

Fedora Core 5 (mars 2006) : son bureau KDE

 

Sortie le 20 mars 2006, « Bordeaux » a été la première version à inclure Mono et des fonctionnalités basées sur Mono, comme Beagle, F-Spot et Tomboy. Cette inclusion fut motivée par la récente protection de la technologie Mono par l'OIN. En plus de ces nouveautés, on note la disponibilité d'une interface graphique pour le gestionnaire de paquetages Yum. Pup, pour Packages Updater, se présente sous la forme d'un daemon (Device And Executable MONitor), interpelant régulièrement les dépôts, en arrière plan, en quête de la présence de mises à jour. Quant à Yum, sa présence est renforcée, car le programme d'installation de la distribution se base sur lui pour assurer la cohérence des paquetages après installation.

 

Un nouveau dépôt fait également son entrée : Fedora Legacy, garantissant un support prolongé pour les versions de Fedora Core.

 

Enfin, Fedora Core 5 inaugure la naissance de l'équipe responsable de l'aspect graphique de la distribution, avec l'environnement « Bubble », thème qui sera renouvelé pour chaque version suivante.

 

Fedora Core 6 - Zod

 

Fedora Core 6 (octobre 2006) : son bureau GNOME

 

Parue le 24 octobre 2006, « Zod » est la première distribution à accommoder les nouveaux ordinateurs Apple basés sur les processeurs Intel.

 

Les images ISO sont de plus petite taille, grâce à l'utilisation du système de fichier SquashFS, dont la gestion a été intégrée au programme d'installation. Ce dernier gère également mieux les dépôts de Yum, en permettant d'y accéder durant la phase d'installation.

 

C'est la première version de Fedora Core à intégrer le bureau 3D Compiz, grâce à l'utilisation de la technologie AIGLX.

 

Une nouvelle version de Yum est également proposée, améliorant significativement les performances. Fedora Core 6 a servi de base à RHEL 5.

 

Fedora 7 - Moonshine

 

Fedora 7 (mai 2007) : son bureau GNOME

 

« Moonshine » est parue le 31 mai 2007. Des nouveautés ont fait leur apparition, en plus des traditionnelles mises à jour des composants. Le noyau par défaut était 2.6.21 et comportait, entre autres, une nouvelle pile FireWire, un nouveau système de gestion de l’énergie, une nouvelle gestion des disques P-Ata et une nouvelle pile Wifi.

 

Fedora, et non plus Fedora Core, les dépôts « Core » et « Extras » ayant fusionné, voit l'ajout d'un outil permettant de renvoyer, avec l'accord explicite des utilisateurs, des informations relatives à la configuration de leur appareil. Smolt, c'est son nom, a pour objectif d'orienter les futurs développements de pilotes matériels, afin de mieux supporter les composants les plus répandus.

 

La virtualisation n'est pas non plus en reste avec l'intégration d'une nouvelle version de Xen et de son futur remplaçant, K.V.M. Enfin, Fedora 7 intègre le pilote du projet « Nouveau », pilote libre 3D pour cartes graphiques Nvidia.

 

Fedora 8 - Werewolf

 

Fedora 8 (novembre 2007) : son bureau GNOME

 

« Werewolf » est sortie le 8 novembre 2007. Dans le cycle de développement de la distribution, elle est considérée comme une version de mise à jour de Fedora 7. Néanmoins, les nouveautés proposées restent conséquentes: en effet, il s'agit de la première version de Fedora à proposer différentes images ISO. Les images ISO « Games », « Developer » et « Electronic Lab » ont donc vu le jour en même temps que la version officielle.

 

Sous le capot, Fedora embarque le nouveau serveur de son PulseAudio, ainsi que CodecBuddy, un assistant capable de proposer des codecs appropriés lorsque la lecture des média n'est pas possible.

 

Le design de Fedora 8 est également novateur, car les nuances des couleurs du fond d'écran changent au fil des heures de la journée. D'autres améliorations ont également été apportées aux outils de configuration du système, comme system-config-firewall et system-config-printer. Fedora 8 marquera les esprits en intégrant IcedTea (en), une version totalement libre de Java 1.7.

 

Enfin, Fedora 8 intègre une nouvelle fonctionnalité de GNOME 2.22, OnlineDesktop15, dont l'objectif est de lier le bureau de l'utilisateur à différents services web.

 

Fedora Electronic Laboratory

 

Apparu avec Fedora 8, le Fedora Electronic Laboratory (FEL) consiste en un Live CD Fedora contenant toute une suite de logiciels libres dédiés à la CAO électronique et à la conception de systèmes embarqués :

 

  • Simulation de circuits analogiques ou mixtes : gnucap, ngspice (SPICE), qucs.
  • Simulation de circuits numériques : IRSIM
  • Conception de circuits VLSI : Alliance VLSI CAD System, Magic, toped, netgen.
  • PCB : gEDA, kicad.
  • Saisie de schémas électroniques : Xcircuit, geda-gschem.
  • Conception et simulation HDL : ghdl, freehdl, Icarus Verilog.
  • IDE, programmation et simulation de microcontrôleurs PIC Microchip : gpsim, ktechlab, piklab.
  • Programmation de microcontrôleurs AVR Atmel : sdcc.

 

Fedora 9 - Sulphur

 

Fedora 9 (mai 2008) : son bureau GNOME

 

« Sulphur » est parue le 13 mai 2008. Elle propose un noyau linux 2.6.25 disposant notamment du support, expérimental, du système de fichier ext4. GNOME a été également mis à jour, intégrant par exemple la World Clock Applet, mais il faut surtout souligner la disponibilité de KDE 4.0.3. Upstart se voit installé conjointement avec SysVinit, ce qui assure un démarrage plus rapide. PackageKit fait son apparition et tendra à remplacer les gestionnaires graphiques de la plupart des distributions. Il remplace Pirut et Pup anciennement utilisés. Le programme d'installation permet également de chiffrer les partitions et de modifier leur taille. Enfin, on remarquera l'intégration de TeX Live, remplaçant teTeX, ainsi que de l'ajout de Swfdec (un plugin flash, libre, plus léger, mais cependant incomplet).

 

Fedora 10 - Cambridge

 

Fedora 10 (novembre 2008) : son bureau GNOME

 

Fedora 10 « Cambridge » est parue le 25 novembre 2008. Elle incorpore un noyau Linux 2.6.27 qui permet une meilleure gestion du WiFi et des webcams, KDE 4.1 et GNOME 2.24, OpenOffice.org 3.0 et Xfce 4.6. Le démarrage est maintenant plus rapide et entièrement graphique grâce au remplacement de RHGB par Plymouth. Deux nouveaux environnements de bureaux, légers, ont été ajoutés LXDE et Sugar. La gestion des logiciels est également accélérée et facilitée avec PackageKit et RPM 4.6.

 

Fedora 11 - Léonidas

 

Fedora 11 (juin 2009) : son bureau GNOME

 

Fedora 11 « Léonidas » est parue le 9 juin 2009. Elle intègre un noyau Linux 2.6.29, KDE 4.2 et GNOME 2.26, Xfce 4.6.1, OpenOffice.org 3.1.0, Mozilla Firefox 3.5, Mozilla Thunderbird 3 (version beta 2), RPM 4.7 et GCC 4.4.

 

ext4 est désormais le système de fichier par défaut, sauf pour la partition /boot. KMS est activé par défaut sur les pilotes de chipset graphique d'Intel, et est activable grâce au pilote Nouveau sur ceux de nVidia. Le démarrage est annoncé comme plus rapide, avec un objectif de moins de 20 secondes16.

 

Fedora 12 - Constantine

 

Fedora 12 (novembre 2009) : son bureau GNOME

 

Fedora 12 est parue le 17 novembre 200917. Elle intègre un noyau Linux 2.6.31.5, GNOME 2.28.0, KDE 4.3.2, Xfce 4.6.1, OpenOffice.org 3.1.1, Firefox 3.5.5 et PHP 5.3.0.

 

Empathy est le logiciel de messagerie instantanée par défaut sous GNOME, en remplacement de Pidgin. Un ajout permettant d'utiliser ext4 y compris sur la partition /boot est intégré au chargeur d'amorçage GRUB18. KMS est désormais activé par défaut sur les pilotes de chipset graphique de nVidia grâce au pilote libre Nouveau19.

 

Fedora 13 - Goddard

 

Fedora 13 (mai 2010) : son bureau GNOME

 

Fedora 13 est parue le 25 mai 2010.

 

Elle intègre un noyau Linux 2.6.33, GNOME 2.30, KDE 4.4, Python 3. Elle apporte quelques fonctionnalités nouvelles (voir la note de version20) :

 

  • Installation automatique des pilotes d'imprimantes, des packs de langues,
  • Refonte de l'outil de gestion des comptes utilisateurs,
  • Gestion de la colorimétrie pour calibrer les écrans et les scanners,
  • Prise en charge expérimentale de la 3D pour les cartes vidéos NVIDIA,
  • Support de l'authentification des utilisateurs avec SSSD,
  • Intégration expérimentale du système de fichiers Btrfs (permettant notamment la gestion de clichés et de points de restauration),
  • Support complet des spécifications de Java EE 6 dans Netbeans 6.8.

 

Fedora 14 - Laughlin

 

Fedora 14 (novembre 2010) : son bureau GNOME

 

Fedora 14 est parue le 2 novembre 2010.

 

Celle-ci intègre dans cette nouvelle version le noyau Linux 2.6.35, GNOME 2.32, KDE 4.5 mais aussi Perl 5.12, Python 2.7, Boost 1.44 ainsi que l'environnement Sugar dans sa version 0.90. D'autres nouveautés sont également présentes21 :

 

  • Intégration de Spice,
  • Intégration de l'environnement Meego,
  • Sortie sur l'Amazon EC2,
  • Support du langage de programmation D.

 

Fedora 15 - Lovelock

 

Fedora 15 (mai 2011) : son bureau GNOME

 

Fedora 15 est parue le 24 mai 2011.

 

Elle intègre un noyau Linux 2.6.38, GNOME 3.0, KDE 4.6, Python 2.7. Elle apporte un changement majeur dans la gestion des scripts d'initialisation avec l'abandon de SysVinit au profit de systemd. L'aspect visuel change également avec l'adoption de GNOME Shell, distribué avec GNOME 3.0. D'autres nouveautés sont également arrivées dans cette version :

 

  • Intégration d'un pare-feu dynamique,
  • Amélioration dans la gestion de l'énergie,
  • Remplacement, lorsque possible, des applications « setuid ».

 

Fedora 16 - Verne

 

Fedora 16 (novembre 2011) : son bureau GNOME

 

Fedora 16 est parue le 8 novembre 201122.

 

Cette version fait hommage à Dennis Ritchie23 et à l'auteur français de science-fiction Jules Verne (dont elle porte le nom). Celle-ci intègre un noyau Linux 3.1.0, GNOME 3.2, KDE 4.7, Perl 5.14 et la nouvelle révision du langage de programmation D, D2. En dehors de ces mises à jours principales, cette nouvelle version apporte :

 

  • une amélioration de la prise en charge du cloud, comprenant Aeolus Conductor, Condor Cloud, HekaFS, OpenStack et pacemaker-cloud,
  • un certain nombre d'améliorations du système central, dont GRUB 2 et la suppression de HAL,
  • une meilleure prise en charge de la virtualisation.

 

Fedora 17 - Beefy Miracle

 

Fedora 17 (mai 2012) : son bureau GNOME

 

Fedora 17 est sortie le 29 mai 201224.

 

Cette version se nomme Beefy Miracle25, proposé à l'origine pour la version 16.

 

Voici les nouveautés principales de Fedora 17 :26

 

  • GNOME 3.4 et KDE 4.8.
  • OpenStack, Eucalyptus et Open Nebula.
  • ICC pour les profiles de couleurs (impression) et amélioration de GIMP.
  • Aussi des améliorations de performances au niveau de la virtualisation.

 

 

 

Aller au haut